Une nouvelle approche de l’ancien problème: Effet de filtre interne de type I et II en fluorescence

La technique de fluorescence est très populaire et a été utilisée dans de nombreux domaines de recherche. Il est simple dans ses hypothèses mais pas très facile à utiliser. L’un des principaux problèmes est l’effet de filtre intérieur (IF) I et II qui a lieu dans la cuvette. SI le type I est présent en permanence, mais SI le type II ne se produit que lorsque les spectres d’absorption et de fluorescence se chevauchent. Pour éviter SI le type I, les absorbances dans la cuvette doivent être inférieures à 0,05, ce qui est cependant très difficile à obtenir dans de nombreuses expériences. Dans ce travail, nous proposons une nouvelle méthode pour résoudre ces problèmes dans le cas d’un fluorimètre Cary Eclipse, ayant des fentes orientées horizontalement, basée sur d’anciennes équations développées au milieu du siècle dernier. Cette méthode peut être appliquée à d’autres instruments, même ceux-ci avec des faisceaux orientés verticalement, car nous partageons des scripts écrits dans l’environnement MATLAB et GRAMS/AI. Les calculs de notre méthode permettent de spécifier les paramètres de géométrie du faisceau dans la cuvette, ce qui est nécessaire pour obtenir la forme et l’intensité de fluorescence correctes des spectres d’émission et d’excitation. Une telle dépendance spécifique de l’intensité de fluorescence à l’absorbance peut, dans de nombreux cas, permettre de déterminer le rendement quantique (QY) en utilisant des pentes des droites, ce qui a été démontré avec l’utilisation de solutions de Tryptophane (Trp), de Tyrosine (Tyr) et de Rhodamine B (RhB). Par exemple, en supposant que QY = 0,14 pour Tyr, le QY déterminé pour RhB atteint QY = 0,71±0.05, bien que la mesure pour Tyr et RhB ait été effectuée dans une gamme spectrale complètement différente.