L’égoïsme

Philippiens 2:4
Ne regarde pas tout homme sur ses propres choses, mais tout homme aussi sur les choses des autres.

I. L’ÉGOÏSME EST LA RACINE DU PÉCHÉ. L’égoïsme, c’est vivre en nous-mêmes et pour nous-mêmes. Il se manifeste sous divers aspects.
1. Dans la pensée. Le soi devient la plus grande figure de la conception de l’univers par un homme. L’ombre de soi se trouve sur tout le reste. Les mérites de soi sont magnifiés dans l’orgueil. La vanité aspire à l’admiration des autres pour soi-même. L’adoration de soi fait que l’homme a des préjugés lorsqu’il s’en tient à ses propres opinions et qu’il est sectaire lorsqu’il rejette celles des autres hommes.
2. Dans le sentiment. L’amour de soi remplit le cœur d’un homme égoïste. Il n’a aucun chagrin devant les ennuis d’autrui et aucun plaisir dans la joie d’autrui. Au lieu de se sentir membre d’un grand corps animé par le pouls commun d’une vie commune, il est comme une cellule solitaire détachée et auto-concentrée.
3. En action. La volonté de soi devient l’énergie prédominante et la recherche de soi le motif dominant. Dans son développement extrême, cela devient une cruauté positive – une poursuite de son propre plaisir à travers la douleur des autres. Or, tout cela est un péché aux yeux de Dieu et de l’homme, et terriblement préjudiciable à la société. Guerre, crime, intempérance, etc., tout jaillit d’une certaine forme d’égoïsme.
II. LE CHRISTIANISME EXIGE L’ÉRADICATION DE L’ÉGOÏSME, Tant qu’un homme ne pense qu’à lui-même, il n’a pas appris ce que signifie l’Évangile. Il cherche peut-être ce qu’il appelle son bien-être spirituel – échapper à l’enfer, un avenir heureux ou la paix ici. Mais tout cela est égoïste. L’égoïsme à tous égards doit être déraciné pour que la vraie vie chrétienne puisse s’établir.
1. Dans la pensée. Ceci est essentiel à la repentance. L’humilité et la confession du péché sont nécessaires avant même que nous puissions entrer dans le royaume des cieux.
2. Dans le sentiment. L’amour au Christ, et non la sauvegarde de nos propres âmes, est le grand motif qui devrait nous inspirer. L’amour envers nos semblables, et non le confort personnel, est l’esprit qui devrait envahir nos vies. Nous ne sommes chrétiens que dans la mesure où nous suivons le Christ. Et le Christ s’est renié et  » a fait le bien. »Toutes les prétentions de la sainte dévotion ne comptent que pour rien, ou pour pire que rien, pour l’hypocrisie, tant que le soi trône dans nos cœurs.
3. En action. La foi présuppose l’abnégation de soi ; c’est l’abandon de nous-mêmes à l’autre. Il prend deux formes –
(1) soumission de nos âmes à la volonté de Dieu en se fiant à sa grâce en Christ comme notre Sauveur; et
(2) obéissance de nos vies à la volonté de Dieu dans le service loyal au Christ comme notre Maître. – W.F.A.

Versets parallèles

LSG: Ne regardez pas chaque homme sur ses propres choses, mais chaque homme aussi sur les choses des autres.

WEB: chacun de vous ne regarde pas seulement ses propres choses, mais chacun de vous aussi les choses des autres.